Du célibat considéré comme un des beaux-arts. 

Les 7 lettres qui font trembler, les trois voyelles et quatre consonnes qui résonnent de désespoir et de solitude.

Oui, vivre cet instant de séparation, remise en question, angoisse de l’avenir est souvent un moment d’une oppression incroyable.

Souviens toi, il y a maintenant deux ans, j’ouvrais les portes de cet endroit pour partager, déverser ma bile de colère, de désespoir et de flagellation. Je voulais dire au monde entier, raconter à quel point, j’étais malheureux de cette situation.

Et puis, deux ans plus tard, nous y revoilà. La différence notable réside dans le fait que je n’ai plus la nécessité de m’épancher sur ce quart d’heure qu’un jour tout le monde connaît.

C’est justement parce que c’est un moment universel dans la vie d’un humain, donc par essence subjectif, qu’il vaut la peine d’être raconter.

Il n’y a pas de méthode magique, mais le lâcher prise quant au bilan, aux conclusions que l’on en retire, s’avère une étape importante pour accepter la situation et se préparer à l’avenir.

Pour cela, chacun à sa méthode. On se plonge à cœur et à corps perdus dans le travail, les relations d’un soir, le sport, la nourriture et j’en passe. Le but est simple, ne plus penser, ne plus ressentir, devenir lymphatique. Le risque demeure de se reprendre plus tard, à un moment où l’on baissera notre garde, car fatigué ou simplement moins occupé; le retour de ces sentiments, de ces émotions que l’on pensait avoir enterré. Il faudra, dès lors, soit les affronter, soit chercher un nouveau palliatif qui ne risque pas de nous faire faux bond.

Il te faudra, si tu acceptes de les affronter, beaucoup de courage, de volonté et de force pour ne rien leurs concéder (oui, cela faisait un moment que je n’avais plus utiliser cette expression et je trouvais qu’elle manquait).

Aussi, l’introspection sera la meilleure de tes armes, le temps est un allié de poids et ce que tu aimes faire deviendra un nécessité absolue. Dans le dernier argument, cela suppose déjà de bien se connaître et de faire taire l’égo.

Alors c’est certain, il y aura beaucoup de moments sombres et anxiogènes mais il paraît que le jeu en vaut la chandelle.

Personnellement, je ne saurai te dire si il existe bien une chandelle pour moi. Donc je ne m’aventurerai pas sur ce terrain là. Mais, si un jour j’ai la réponse, évidemment que je reviendrai te la donner!

Le but de cet article c’est quoi te demandes tu certainement?

Juste te dire que dans ces moments de torpeurs infâmes, nous ne sommes pas seuls et que nous sommes des milliers, voir des millions à vivre, à éprouver la solitude sentimentale, le manque affectif, lesquels découlent du célibat.

C’est pourquoi, je souhaitais clore ce petit griffonnage d’humeur sur une note positive.

Vois-tu, durant cette période, ère glaciaire où notre coeur se rétracte et parfois se meurt, certain de nos compatriotes humains font des listes des choses qu’ils ont envie de faire avec leurs amoureuses ou amoureux du futur (qui peut être l’ancien ou un nouveau, car on ne sait jamais de quoi demain est fait).

Le procédé peut prêter à sourire, mais il n’est pas si stupide que ça, tu sais. Je reconnais même en avoir commencé une dans mon bulletjournal.

Alors oui, j’entends que cela peut « casser » une forme certaine de spontanéité. Mais devons-nous laisser s’envoler ces idées de partage, de surprise, d’investissement de soi pour l’autre (qui n’existe peut être pas encore) quand on éprouve le célibat?

Au contraire, je trouve que c’est une forme magnifique de don à l’autre (une fois que l’on est sûr de cette personne là).

Imagine, tu as consigné avec ardeur et amour 💕 toutes ces petites et grandes choses que tu souhaitais faire avec ton alter ego, et le jour venu alors que tu partages ce moment de vie avec lui, tu portes l’estocade en lui disant quelque chose comme :

_Tu sais, il y a bien longtemps, alors que seul je doutais de moi, de te trouver un jour, j’avais débuté une liste. Oh, pas n’importe quelle liste, tu dois t’en douter puisque je t’en parle. C’était simplement celle des choses que je voulais faire avec toi (comme elle dit, Rose dans sa chanson). Et bien sache que ce moment, ces heures, ces minutes, ces secondes que nous venons de passer ensemble et que nous ne revivrons plus; j’en avais consigné leurs battements d’éternité sur un papier qui se meut, désormais, en souvenir par milliers.

C’est vrai que cela fait un peu cul-cul la praline présenté comme ça, mais au final qu’est-ce qui importe?

Montrer ses sentiments à l’autre et puis le faire se sentir exclusif et important pour nous même. Voici ce qui importe en vrai.

Ainsi, étant aussi curieux qu’un chat et avant que tu ne t’en ailles, j’aimerai que tu me racontes comment toi, tu vois ou tu vis le célibat?

Avec toute ma féline affection.

 

 

(A toi que j’ai quitté cet été et qui erre encore dans mon esprit).

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s