Une nuit aux mille feux.

C’était il y a quelques jours.

Je me trouvais dans cette belle province du Val de Loire. Tu sais, cette région où châteaux et vignobles se partagent le lit du fleuve le plus long et le plus sauvage de France (graou!). C’est un territoire que je connais très bien. Non pas, parce que j’y suis né mais simplement car j’en suis tombé amoureux et deux fois s’il te plaît. C’est un sentiment délicat et passionné que d’y vivre ou simplement y séjourner.

Tu sais je vais te confier un secret sur cette province de France.

Il y a de cela bien longtemps, je suis tombé en amour devant les couchers de soleil et sur ses lèvres. Je me laisse porter par la douceur de vivre et de ses mains. Je me sens en sécurité au pieds des vieilles pierres comme au creux de ses bras. Le souffle des effluves du rosier « Pierre de Ronsard » à mon nez et le sien sur ma nuque.

Tout cela, tu vois, créé le plus parfait des mélanges, la plus magnifique des symbioses.

Ici, il n’y a nuls accents dans le phrasé. C’est, paraît-il, le plus pur français qui domine.

Alors quand on a la chance de pouvoir simplement y laisser son cœur vagabonder, je n’aurai qu’un conseil à te donner. Celui de te laisser aller…

Ainsi, si tu ne connais pas ce petit coin de paradis, je te propose la découverte d’un écrin de verdure pour ta première fois dans ce terroir riche de littérature et de gastronomie.

Je t’emmène au Château de Villandry, pour profiter du songe d’une nuit d’été (pardon Shakespeare).


En effet, le premier week-end de Juillet, la famille, propriétaire de ce bel édifice, nous propose de découvrir les jardins sous la flamme vacillante et fière de mille lumignons étincelants.

C’est donc en début de soirée que débuta notre promenade.

Nous longeons le château, admirons les carpes dans les douves séculaires puis passons le pont sous le crépuscule rose-orangé, se réfléchissant sur la pierre de tuffeau. Nous débouchons dans la partie dite à la française des jardins. Il s’agit du potager. Les bordures de buis encadrant les légumes d’hier et d’aujourd’hui. Le clapotis des petits bassins à chaque carrefours et l’odeur suave des rosiers sous les tonnelles végétales propices à la quiétude.


Il nous faut, ensuite, monter par de vieux escaliers pour découvrir sur les terrasses les alignements de tilleuls mais surtout le jardin de simple et sa promenade sous la vigne. Les parterres de vivaces se partagent la vedette avec les plantes médicinales. Partout sauges, menthes, verveines et achillées. Les pieds dans l’herbe et enfin un banc entouré de topiaire.

On s’assied, on respire, on regarde, on profite, on vit quoi!

Allons! Allons nous perdre vaillamment dans le labyrinthe, disparaître dans une allée reculée et s’embrasser. La soirée respire déjà nos ébats mais ils seront pour plus tard.

img_2721

Car avant que le soleil ne se couche devant les ténèbres, allons admirer son jardin et ses sculptures. Ça bouillonne, ça luit, ça pétille de mille feux en attendant ceux de la nuit. Les allées couvertes de fleurs et les dernières ouvrières pollinisatrices qui s’affairent.

Tu ris, je m’émerveille de ta spontanéité et je rêve de notre jardin.

 

 

Nous voici enfin devant la scène de ce soir. Le miroir d’eau. Il commence à y avoir foule. Fort heureusement nous arrivons à nous lover sur l’herbe verte au bord de l’eau.

Déjà le soleil, sachant quel spectacle allait nous offrir la nuit, se retire avec bienveillance.

img_2730

La barque passe devant nous, on nous présente 2 amoureux sur le point de se marier. Applaudissement de la foule (il est loin le temps de la division de notre société sur ce sujet. C’était il y a 3 ans, une décade…).

img_2738

Puis soudain: la nuit, le canon retentit, la foret s’embrase et le châtelain nous souhaite la bienvenue!

La nuit aux mille feux nous prend dans une étreinte de poudres et  d’éclairs.

Le tonnerre ne saurait pas être aussi fier.

De toi à moi,

Je sais déjà que je ne voudrais pas être ailleurs qu’ici bas.

Avec toi.

Villandry,

Tu prends tes airs de diva,

Avec moi.

Villandry, Villandry

Et moi,

Je ne respire que toi,

Et j’adore ça.

À dans 11 jours.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s