LA FRANCE.

Pagus Vastinensis, Le 26 Brumaire.

Alors voila, forcément à situation extraordinaire, article extraordinaire me direz-vous. Je n’osais mettre ici ce qu’il se passa il y a désormais quelques nuits de cela. Et puis à écouter les uns et les autres devenus experts en géopolitique, je me suis dis pourquoi pas.

Non pas que je veuille expliquer, donner à la terre entière ma perception des choses quant à la présence des ténèbres à quelques kilomètres du lieu où je scribouille ce soir. Cela ne serait que par trop indécent.

Ce soir je voulais juste partager cette formidable épopée qu’est celle d’être français. Parce que je n’aurai su être autre chose que cela.

J’aime boire (les rouges tanniques de la vallée du Rhône ont ma préférence encore que ceux du val de Loire sont exquis), manger (la côte de bœuf cuite au feu des pommes de pins en guise de repas de noël est désormais une tradition), faire l’amour (il n’y a pour cela ni lieu, ni heure), m’émerveiller devant le portrait toujours saisissant de nos paysages, écouter le flot des mots tantôt ravageurs d’un Baudelaire, tantôt ciselés d’un Balzac, rire de tout avec ma cohorte d’amis vagabonds, vivre aux éclats tout simplement.

Oui, français je le suis jusqu’au plus profond de mon sang.

Français, c’est cette incroyable capacité de modeler les évènements, même les plus tragiques, pour en devenir les maîtres.

Français, c’est ériger la débrouille et la cohésion en art de vivre.

Français, c’est affronter la lame sans se départir de cette capacité à râler envers et contre tous.

Francais, c’est se jouer des pronostics d’une nation que l’on disait usée, aigrie et à bout de souffle.

Français, c’est l’atypique volonté de ne jamais rien se laisser dicter.

Alors oui, nous avions oublié cela depuis très longtemps et il aura fallu pour nous en souvenir que 129 soleils ne deviennent lunes.

Aussi c’est à vous, marchands de peur et d’effroi que je m’adresse cette nuit. Regardez, j’ai fait de vos ténèbres, mon ombre. Nous jouons dès lors à armes égales.

Aussi, en tant qu’homme éduqué, il me paraît important de vous instruire sur quelques fondamentaux de notre nation. Notez, ici, l’absence de superlatifs.

La France pour l’avoir étudiée et servie, je la connais un temps soit peu.

La France disais-je, elle n’est jamais aussi dangereuse que lorsqu’elle est acculée. Et la mettre dos au mur c’est ce que vous fîtes.

La France, elle se jettera à votre cou, arrachant de ses dents votre trachée et  des lors que vous vous asphixirez dans votre propre sang, elle utilisera ce dernier pour noyer vos enfants haineux et incultes.

C’est cela la France vous savez.

C’est balader sur des piques les têtes de ceux par qui elle juge n’avoir que trop souffert avant de se plonger entière et pétillante, la besogne faite, dans les bras d’amants voluptueux, repus et avinés.

Vos armes ne vous seront d’aucune utilité ici bas. Nous aurons l’élégance de vous stopper avec notre bagout et ce je-ne-sais-quoi que le monde entier nous envie.

Notre exception culturelle n’est jugée que par trop décadente à vos yeux, grand bien vous fasse, nous vous les arracherons.

Vous avez tenter l’impensable, quand nous savons tous, depuis les pyramides d’Egypte et par un célèbre caporal devenu Empereur qu’impossible n’est pas français.

Vous tantâtes donc de nous briser, de porter atteinte à ce qui fait notre réputation, mais aussi notre vie quotidienne, notre honneur en somme.

Vous avez essayez tout en omettant un détail et quel détail!

NOUS SOMMES FRANÇAIS.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s